D’où viennent mes plantes vertes ?

Le «made in» figure rarement sur les étiquettes des plantes d’intérieur.
Pour vous offrir du vert écologiquement correct,
fiez-vous aux labels, à votre bon sens, et aux 4 conseils suivants.

 

Cherchez ses origines

L’origine botanique est facile à déterminer: l’étiquette donne en général le nom latin de la plante, ce qui suffit pour trouver toutes sortes d’informations sur Internet. Cela peut être utile de savoir par exemple que dans son milieu naturel, telle orchidée pousse accrochée aux arbres et se trouve arrosée une fois par jour d’eau tiède: on peut faire pareil à la maison.

L’origine de production, elle, est beaucoup plus difficile à trouver. Ce ficus a-t-il été élevé sur un terrain déforesté dans la jungle brésilienne ou boosté dans une serre chauffée du nord de l’Europe? Aucun moyen de le savoir, puisqu’il n’y a aucune obligation légale, en Suisse, de la mentionner sur l’étiquette de vente. Il existe bien un contrôle sur l’importation des espèces, via la CITES, une convention internationale qui réglemente l’exportation et l’importation des espèces protégées. Et de sévères contrôles phytosanitaires (maladies) sont pratiqués à nos frontières. Cela écarte déjà le mythe de la mygale planquée dans le terreau du yucca, mais n’aide pas à savoir si mon envie de verdure a généré des tonnes de CO2 avant de garnir mon salon.

mon conseil : évitez d’acheter des plantes dont vous n’arrivez à identifier ni l’origine ni les conditions de production.

 

Favorisez la production locale

Ces prochaines semaines, la production horticole sera labellisée , comme le sont déjà le lait, la viande, les céréales, etc. Et dans les grandes surfaces, souvent partenaires de labels régionaux, on cherche l’étiquette made in ici, y compris au rayon plantes vertes et fleurs coupées. Certains producteurs horticoles romands pratiquent aussi la vente directe et proposent parfois des plantes pour l’intérieur.

On trouve par exemple dans la région genevoise des orchidées exotiques (Phalaenopsis), produites sous le label Genève région Terre d’avenir, mais aussi, en ce moment, des cyclamens, des bruyères…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s